LUKASZ NOWECKI

LukaszNowecki

Courtier immobilier
  •   450.651.8331
  •   514.914.2080

Un nouveau signe du ralentissement observé dans le marché immobilier. Le nombre de prêts hypothécaires émis à des particuliers a dégringolé au Québec depuis quelques mois. C’est ce que révèle une étude de la firme GDL Crédit Ressources, obtenue en exclusivité par Argent.

Le document montre que les prêteurs ont émis 15% moins de prêts pour les mois d’août à décembre 2012, par rapport à la même période en 2011. Le Mouvement Desjardins, les grandes banques et les autres prêteurs ont accordé 92 553 hypothèques de août à décembre 2012, nouveau prêts et renouvellements, alors qu’ils en avaient émis plus de 109 015 un an auparavant.

Uniquement en décembre, le nombre de prêts émis a chuté de près de 24%, passant de 19 799 en 2011 à 15 125 l’an dernier. La baisse a été de près de 18% entre novembre 2011 et novembre 2012. Elle a été de plus de 7% pour octobre, de près de 22% en septembre et de 5,5 en août.

«Il y a moins de transactions dans le marché immobilier. On le voit dans les statistiques des chambres immobilières», a exprimé Philippe Langlois, directeur commercial chez GDL Credit Ressources.

Ce déclin est lié à l’implantation des nouvelles règles de financement hypothécaire, en juillet dernier. Depuis ce moment, la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) a ramené la période d’amortissement maximale de 30 ans à 25 ans.

La firme GDL a d’ailleurs constaté que le nombre de prêts émis progressait avant l’implantation des nouvelles normes. Il a bondi de 5% l’année dernière, de janvier à juillet, par rapport à la même période en 2011. Sur l’ensemble de 2012, le nombre d’hypothèques contractées par les particuliers a chuté de 3%, passant de 273 660 à 265 450.

«Ça ne m’étonne pas car beaucoup de gens, principalement les premiers acheteurs, se prévalaient de l’amortissement sur 30 ans», a commenté Marc Lacasse, courtier immobilier pour l’équipe Carole&Tony, au sein de la bannière Re/MAX.

M. Lacasse a souligné que 29% des acheteurs québécois amortissait leur hypothèque sur 30 ans en 2011 et que 38% le faisait l’an dernier. «Pour une hypothèque de 200 000$, l’emprunteur doit payer environ 200$ de plus par mois si son prêt est amorti sur 25 ans plutôt que 30 ans [NDLR: avant les nouvelles règles]», a expliqué le courtier, soulignant que de 15% à 20% des acheteurs ont déserté le marché depuis l’été dernier.

Dans ce contexte, on prévoit que les prêteurs verront le marché hypothécaire se rétrécir pendant un bon bout de temps. «C’est évident que l’impact va se faire sentir pendant les prochains trimestres. Environ deux tiers de la baisse des prêts proviennent des premiers acheteurs», a commenté Denis Durand, associé principal chez Jarislowsky Fraser, une firme de courtage montréalaise.

Le Mouvement Desjardins est le principal prêteur hypothécaire au Québec, avec plus de 37% des parts de marché en 2012. La Banque Nationale arrive en deuxième position avec près de 15% du marché. Elle est suivi de RBC, à près de 10%, BMO à 8% et la TD à 7%.

Q&R avec Nicolas Fréchette, conseiller principal en financement à l’habitation au Mouvement Desjardins

Q : Est-ce qu’un tel déclin est inquiétant pour les institutions financières?

R : «Ce n’est pas inquiétant parce que nous ne pouvons pas inventer des prêts hypothécaires. On prête aux emprunteurs qui viennent nous voir. En plus, c’est plutôt positif que les dossiers des emprunteurs soient de meilleure qualité»

Q : Est-ce que le déclin actuel va se poursuivre pendant le reste de l’année?

R : «Les mises en chantier sont en baisse, la SCHL l’a indiqué. Il est évident que ça aura un impact à plus long terme dans le financement hypothécaire. Plusieurs acheteurs ne peuvent pas financer leur prêt sur seulement 25 ans parce que la valeur des maisons a progressé plus vite que les revenus au cours des dernières années»

Q : Est-ce que le rétrécissement du marché hypothécaire forcera les prêteurs à offrir des promotions pour attirer les clients, des rabais de taux par exemple?

R : «Tout le monde va être plus agressif pour conserver ses parts de marché si la tarte est plus petite. Certains travailleront sur les prix mais il y a d’autres stratégies»

Source: http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2013/03/les-prets-hypothecaires-chute-libre.html

À propos de l'auteur
9 articles à son actif

Lukasz Nowecki

97 queries in 0,697 seconds.
À propos de ce site
Outils